Dossier CPME / Covid-19 – Les aides aux entreprises
30 mars 2021
Interview de Mr. Pami LAMBA – Société D Team Passion
20 avril 2021
Dossier CPME / Covid-19 – Les aides aux entreprises
30 mars 2021
Interview de Mr. Pami LAMBA – Société D Team Passion
20 avril 2021
Montrer tout

Interview de Mr. Nicolas GUIBERT – Société Eliott Prestige

Nicolas Guibert
Nicolas Guibert, dirigeant de la société Eliott Prestige

CSNERT-FLA a décidé de mettre à l’honneur ses adhérents, exploitants de VTC, au travers d’une série d’interviews qui vous permettront de mieux les connaitre. 

Aujourd’hui, nous rencontrons Nicolas Guibert, dirigeant de la société Eliott Prestige basée à Puteaux dans les Hauts de Seine (92)

Bonjour,

Qui êtes-vous ?

Bonjour,

Je suis Nicolas Guibert, fondateur de la Société Eliott Prestige.

 

Comment avez-vous découvert et rejoint notre profession ?

J’ai découvert en 1999 l’activité en banlieue, j’étais chauffeur pour une petite société qui faisait des transports d’enfants handicapés. Puis en 2000, j’ai eu l’occasion de changer d’entreprise et de faire un vrai travail de Grande remise avec un patron à l’ancienne.

Il fallait à l’époque faire ses preuves pour avoir la chance de faire des clients intéressants. Les visites des caves, les plages du débarquement, les châteaux de la Loire… nous devions le mériter, autrement il fallait se contenter de faire des transferts ville ou aéroport.

A l’époque, les concierges d’hôtels choisissaient les chauffeurs pour leurs clients.

 

Pouvez-vous nous présenter votre société ?

En 2006, j’ai créé la société Eliott Prestige car ma femme m’a poussé à le faire. Elle était enceinte de notre fils. A l’époque, il fallait créer ou racheter une société de Grande remise pour se lancer.

Je n’avais pas d’autre choix que de la créer sous son impulsion et grâce à son soutien. Les démarches étaient vraiment difficiles et longues. A l’aboutissement du projet, je devais juste trouver un nom : ca sera « Eliott Prestige » le prénom de mon fils qui venait de naitre.

 

Votre entreprise est titulaire de la marque Qualité TourismeTM pour la démarche VTC – Limousine ; qu’est-ce qui vous a encouragé à vous engager dans cette démarche et comment s’est-elle déroulée ?

Avec l’évolution de notre profession, la mutation de la législation de notre activité, la masse grandissante des nouveaux chauffeurs VTC, je n’exprimais plus la fierté de faire un si beau métier. Un métier exclusif rempli de grands moments, de superbes rencontres.

J’avais besoin de trouver une reconnaissance d’un service vraiment différent que l’image simple d’un chauffeur VTC.

Je commençais à en avoir assez de voir des gens sans gène vouloir s’installer dans ma voiture quand j’étais en dispo. J’en avais assez de devoir me justifier que je ne suis pas un chauffeur d’application quand je rencontre des personnes dans ma vie personnelle. Lorsque mes clients me parlent des conflits entre les Taxis et les VTC, ils me disent que cela ne devrait pas me concerner car à leurs yeux je n’étais pas dans la même démarche.   

C’est donc pour toutes ses raisons que j’ai fait mes démarches pour obtenir ce label. Il représente pour moi la reconnaissance officielle d’être différent.

La démarche demande de la rigueur, de l’autocritique, mais c’est tellement bon d’obtenir ce sésame, que la mise en danger d’être jugé par un tiers vaut vraiment la peine.

 

Que diriez-vous à un confrère qui hésite encore à s’engager dans cette démarche qualité ?

Je lui dirais tout simplement qu’il y a prêt de 50000 VTC en France, et que pour solliciter de nouveaux clients, comment peut il se différencier ? Comment justifier un service, le coût de se service a ses prospects ? La tendance  avec la crise est de baisser les tarifs plutôt que d’augmenter la qualité. Sur le court terme, la guerre des tarifs va surement faire disparaitre tellement de bons confrères.

 

Comment organisez-vous vos journées ? Avez-vous des routines de travail ?

C’est difficile de vous répondre à cette question en pleine crise sanitaire. Les journées se ressemblent tellement. Je dépose mon fils à l’école, je profite de chaque instant avec lui. Puis je vais à mon bureau.

J’ai mon assistante Safia qui est en chômage partielle, je m’occupe de mettre à jour son travail administratif et quand j’ai des clients qui passent sur Paris, je leur accorde la priorité.

 

D’après vous, qu’est ce qui a changé dans notre secteur d’activité entre vos débuts et aujourd’hui ?

Les clients ne nous voient plus comme avant.

Auparavant, nous faisions partis de leur bulle, de leur confort.

Ils gardaient naturellement les voitures pendant leurs séjours.

Puis ils ont commencé à faire des voyages plus courts en nuitées, et maintenant ils limitent les déplacements et notre fonction est bien souvent réduite à un service de transports, voir de support sur leur séjour mais plus trop un service de confort.

 Avant, nous offrions le confort d’être disponible à tout moment ; nous offrions le confort de ne pas à avoir à chercher son chauffeur à la sortie d’un rendez vous. Aujourd’hui, nous sommes dans la crainte d’un PV , nous sommes dans l’inconfort permanent pour faire un service d’excellence à notre clientèle à haute valeur ajouté pour l’économie nationale. Nous étions les premiers maillons de la chaine du tourisme, nous étions le faire valoir de la vie du luxe à la Française. Aujourd’hui, nous n’avons plus cette aisance naturelle pour faire ce que nous savons faire.

 

Et qu’est ce qui n’a pas changé ?

Ce qui n’a pas changé depuis le début de ma carrière ? Je dirais la différence entre les majors compagnies de limousines et les petites structures. Les grosses structures tirent vers le haut les petites structures naturellement dans l’exercice de notre métier. Quand Chabé, Ambassador, Services Prestige par exemple, passeront à l’électrique, très vite les petites entreprises en feront de même. Ils sont à mes yeux, les garants d’une tradition dans un métier d’Art.

Regardez les VTC d’application, ils ne suivent pas cet esprit. Ils sont livrés à eu même, sans rigueur, sans grande éthique. Ils sont notre cancer, toujours plus grandissant.

 

Quels sont les principaux défis auxquels vous avez dû faire face ?

Je vais réduire ma réponse à un seul défi : celui d’être le gérant d’une entreprise dans un secteur d’activité qui a une évolution pas toujours facile.

 

Et quels sont les défis qui, d’après vous, attendent notre profession dans les 5 prochaines années ?

Le plus grand défi a venir : la politique de la ville.

A paris pour commencer, puis dans les grandes villes de Province, la politique de chaque Ville ne tiendra pas de nos contraintes au quotidien. Ils décideront, imposeront et nous devrons nous adapter. Nous devrons surement faire des sacrifices.

 

Comment CSNERT – FLA pourrait contribuer (/vous aider) à relever ces défis ?

La CSNERT contribue déjà à relever ces défis. Elle est présente. Elle est écoutée, peut-être pas entendue.

La CSNERT se bat pour moi avec ses moyens. Je reste convaincu qu’elle obtient de meilleurs résultats que je ne pourrais obtenir tout seul.

Je trouve que cela n’avance pas assez vite mais je n’ai pas le droit de me plaindre car je sais que chaque administrateur qui se bat pour moi, défend le même intérêt et qu’il vit chaque déception et satisfaction comme moi.

 

Un souvenir professionnel que vous souhaiteriez partager avec nous ?

Je préfère partager un plaisir professionnel avec vous en remerciant tous mes confrères qui me font confiance.

Je remercie le confrère qui ne me connait pas, à des centaines de kilomètres de mon bureau, à qui je téléphone pour lui demander de prendre soin d’un de mes clients sur son secteur et qui le fait tout naturellement sans réserve par ce qu’il a la même éthique que moi.

 

Quelle est pour vous la recette du succès ?

La recette aujourd’hui pour moi est simple : Prenez du plaisir à faire les choses et vivez les pleinement

 

Merci

Site internet : https://www.eliott-prestige.com/

Téléphone : 06 60 94 80 71